Du 14 au 17 mai 2020
  • fr

Handiviz/Feego : un fauteuil roulant intelligent qui évite les obstacles

Les aides à la conduite ne sont pas l’apanage des voitures. Des chercheurs de l’Institut national des sciences appliquées (INSA) de Rennes et la société Ergovie ont développé un module robotisé permettant de corriger les trajectoires des fauteuils roulants confrontés aux obstacles de la vie courante : murs, montants de porte, etc. Marie Babel, maître de conférences à l’INSA et chercheuse au sein du laboratoire IRISA, nous dévoile les dessous de cette innovation.

Une innovation au service de l’autonomie des personnes à mobilité réduite

 

Quand les chercheurs de l’INSA de Rennes et les spécialistes du fauteuil roulant d’Ergovie se rencontrent de façon fortuite en 2011, ils font un constat commun : la navigation en fauteuil roulant électrique peut être complexe pour les Personnes à mobilité réduite (PMR), a fortiori quand celles-ci cumulent handicap moteur, déficience visuelle et/ou cognitive.

 

Face aux blessures, frustrations et dommages matériels liés à ces difficultés de navigation, ils imaginent donc une solution : installer des capteurs et robotiser les fauteuils afin de corriger leurs trajectoires en cas de présence d’obstacles. Marie Babel précise : « au départ, nos prototypes étaient équipés de caméras qui ont été remplacées par des capteurs ultra-sons robustes et moins coûteux, car notre volonté était de rendre accessible cette solution au plus grand nombre ».

 

A partir de 2014, le prototype de fauteuil intelligent est testé au sein du Living lab du pôle Saint-Hélier de Rennes, spécialisé dans la médecine physique et de réadaptation. Avec des résultats concluants, comme le souligne Marie Babel. «  Le système a été testé auprès d’utilisateurs réguliers de fauteuils, qui n’ont pas perçu les modifications de trajectoire, comme c’est par exemple le cas lorsque votre voiture est équipée d’un système ESP. Il a également été testé par des personnes qui n’étaient pas en capacité de conduire un fauteuil et qui ont pu, grâce au module, naviguer dans l’établissement en toute autonomie ».

 

Intelligent, ce système d’aide à la conduite n’est cependant pas autonome « pour des raisons de sécurité, mais surtout à des fins rééducatives, les médecins insistant sur le rôle de stimulation de la conduite du fauteuil » note Marie Babel.

 

 

Des mobilités intelligentes pour une mobilité augmentée

 

Pour autant, selon la chercheuse, « il ne faut pas s’interdire de réfléchir à l’autonomie complète de navigation. Par exemple, l’aéroport de Tokyo-Haneda teste déjà des fauteuils roulants autonomes. A plus court terme, il s’agit aussi de créer des systèmes de motorisation plus souples et performants ».

 

En attendant que les fauteuils roulants connaissent la révolution autonome qui bouleverse actuellement l’industrie automobile, les équipes de l’INSA de Rennes et d’Ergovie poursuivent leurs travaux. Engagées dans le projet européen ADAPT aux côtés d’une quinzaine d’organisations françaises et britanniques, elles travaillent au développement d’un simulateur de pilotage de fauteuil roulant en réalité virtuelle, pour permettre à leurs utilisateurs de trouver plus rapidement un fauteuil qui leur convient et ainsi renforcer leur autonomie. Mais elles planchent également sur une version 2.0 de leur système d’aide à la conduite, qui devrait permettre grâce à des capteurs infrarouges de sécuriser encore un peu plus la navigation des fauteuils roulants, et notamment d’éviter les nombreuses chutes de trottoirs. De quoi lever peu à peu les freins à la mobilité des personnes en fauteuil…

Le module Handiviz (commercialisé par Ergovie sous le nom de Feego) sera présenté au salon Autonomic de Rennes les 28 et 29 septembre.

Publié le 12 septembre 2017

Rejoignez l'expérience inOut

Du 14 au 17 mai 2020, rendez-vous à Rennes pour explorer les nouvelles mobilités.