Du 14 au 17 mai 2020
  • fr

[Grand format] le CES raconté depuis ses allées

Jean-Marie Bonnin, président du comité des experts d’inOut 2018 et professeur à l’Institut Mines Télécom (IMT) Atlantique, était à Las Vegas pour assister au Consumer Electronics Show (CES), le grand salon mondial de l’électronique grand public devenu un rendez-vous incontournable de la mobilité connectée. Au jour le jour, il nous a partagé ses impressions et découvertes.Grand format

MARDI 9 JANVIER

Arrivée à Las Vegas sous la pluie, j’aurais aussi bien pu rester chez moi :-). Ni la ville ni les transports ne semblent adaptés à la quantité d’eau tombée ces derniers jours. Depuis l’aéroport, le CES est omniprésent sur les affichages divers et variés.

Le CES, nouveau sommet mondial des mobilités connectées ?

 

Gary Shapiro, le président de la Consumer Technologies Association (CTA) introduit le CES en expliquant sa croissance, l’importance économique de l’événement et du marché cible. Les transports sont aussi très présents au CES, à la fois via la voiture, les accessoires qui gravitent autour, mais aussi via son environnement : la ville intelligente.

 

Le CES de Las Vegas devient de fait l’un des grands rendez-vous de l’automobile et certains constructeurs y présentent leurs modèles en avant-première. C’est le cas de Byton, avec son nouveau concept de SUV.

 

Le nouvel équilibre des mobilités selon Ford

 

Jim Hackett, président de la Ford Motor Company, est à Las Vegas pour une keynote.  Il nous rappelle que toutes les innovations, y compris celles qui apportent du progrès, s’accompagnent d’un prix à payer pour s’adapter à un nouvel équilibre.  Le véhicule autonome, pour lequel le marché commencera en 2021 d’après lui,  est l’une de ses révolutions qui bouleversera beaucoup de choses dans notre manière de vivre et de bouger.

 

C’est l’opportunité d’inscrire le véhicule dans un écosystème plus large en lui permettant d’interagir avec un grand nombre d’acteurs et d’objets sans que le conducteur ne soit nécessairement impliqué. Pour que cet écosystème se développe, il faut que les technologies à bord mais aussi dans l’infrastructure soient suffisamment ouvertes et inclusives.

 

Il nous présente le concept de « rue plus vivante », libérée d’une grande part de la signalisation mais intégrant d’autres objets et accueillant d’autres usages. L’objectif selon lui n’est pas de créer des villes plus intelligentes mais d’améliorer notre vie dans les villes. Chaque ville étant unique, avec ses propres besoins, ses propres équilibres, les technologies doivent être suffisamment flexibles pour s’adapter aux besoins de chaque cité. C’est donc à nous, habitants de ces villes, de dire ce que nous voulons, d’imaginer nos villes idéales et de créer dans nos rues des espaces vivants et dynamiques.

 

Les autres points à retenir de la keynote de Ford

 

  • Ford s’est engagé avec Lyft dans la conception d’un véhicule autonome électrique. C’est une conception entièrement dédiée à cet usage et pas une simple adaptation d’un véhicule existant.
  • D’après Ford, les véhicules autonomes pourront servir à d’autres usages lorsqu’ils ne sont pas utilisés pour transporter des personnes. Jim Hackett  explique par exemple que disposer de tels véhicules pour assurer les livraisons pourra bénéficier aux commerces de proximité.
  • Ford ne s’intéresse pas seulement au véhicule, même organisé en flotte. Le géant automobile s’intéresse également aux services et applications dans lesquels le véhicule va s’intégrer.
  • Ford s’est engagé avec Qualcomm pour la 5G et fait partie de la 5G Automotive Association. Le groupe défend l’usage des communications directes (C-V2X) pour les aspects liés à la sécurité (safety) mais aussi pour l’intégration dans l’écosystème local.

 

MERCREDI 10 JANVIER

 

Aujourd’hui le CES est sous le soleil, enfin Las Vegas comme on s’attend à la voir ! Cela n’a pas empêché ce sommet de l’électronique et des gadgets en tous genres de subir un connaître un blackout de deux heures, et nous de vivre un moment étrange dans le hall central du Las Vegas Convention Center.

La voiture autonome, star du CES

Un constat s’impose : la voiture autonome est incontournable dans les allées du CES. Plusieurs constructeurs y présentent en avant-première des concept-cars avec des habitacles et des postes de conduite innovants. Une grande tendance est l’omniprésence d’immense écrans multifonctions remplaçant la planche de bord.

Ainsi, comme Tesla avec la Model 3, Byton a choisi de limiter les contrôles mécaniques et de s’appuyer essentiellement sur d’immenses écrans tactile pour contrôler la voiture. Le choix est sans doute moins radical que du côté de Tesla qui anticipe un rôle réduit du conducteur/passager sur un modèle de série.

Sur les stands dédiés aux véhicules, la présence des voitures autonomes, et des outils qui lui sont associés, est impressionnante : calculateurs, capteurs, prototype roulant…

Les véhicules du futur et la ville de demain à l’honneur

 

Au-delà de la voiture autonome, c’est la mobilité (presque) dans son ensemble qui est à l’honneur avec notamment des deux-roues électriques, comme le véhicule déjà en présérie de UJET, ou la moto au look rétro de Munro. On croise même des prototypes de véhicules volants comme le taxi aérien Volocopter. Et je passe sous silence les produits déjà bien connus comme les gyropodes, les fameux hoverboards…

 

Des transporteurs comme Transdev affichent leur ambitions en présentant une navette autonome et le « Rouen Normandy Autonomous Lab », qui propose un service de mobilité à la demande avec véhicules autonomes électriques sur routes ouvertes.

 

Avec un tout nouveau volet dédié aux smart cities, le CES 2018 interroge la place du véhicule autonome dans la ville de demain. Une question qui passionne au point qu’il est quasiment impossible d’assister aux conférences traitant du sujet.

 

A l’image du stand futuriste de HERE, leader des services de cartographie numérique et de géolocalisation, le CES s’intéresse aux services rendus possibles par l’avènement des véhicules autonomes et questionne la place de ceux-ci dans nos villes et dans nos vies. Et on ne parle pas ici seulement de voiture, mais de drone, de navette de livraison de proximité…  HERE va jusqu’à envisager qu’un drone puisse se poser sur le toit de votre voiture pour livrer votre repas alors que vous êtes sur la route !

 

Fait marquant : les différents services et solutions envisagés supposent des interactions permanentes entre tous les acteurs et objets participant à réaliser un service. Ainsi, les voitures devront communiquer entre elles bien sûr, mais aussi avec les smartphones, avec l’infrastructure routière, avec la maison ou avec des drones.

 

JEUDI 10 JANVIER

Aujourd’hui, j’ai eu plus de mal à faire des visites dans le salon. J’étais surtout occupé par des discussions techniques et pointues qu’il me parait difficile de décrire ici. Du coup, je n’ai pas grand chose à raconter.

Transporter les humains et les marchandises

Ah si : Toyota développe plusieurs concepts de véhicules autonomes dont une navette capable de transporter indifféremment personnes et marchandises.

Des drones pour tous les usages

Par ailleurs, les drones sont très présents au CES. Et il y en a pour tous les goûts : pour le loisir et l’éducation, pour la surveillance, pour le transport de marchandises et même pour le traitement des plantations. Ci-dessous, l’exemple d’un drone de secours pour chercher les skieurs pris dans une avalanche.

Enfin, les casques de réalité virtuelle sont omniprésents dans le salon, et pas seulement pour leur dimension ludique. Pour mieux se projeter dans les mobilités de demain?

Publié le 18 janvier 2018

Rejoignez l'expérience inOut

Du 14 au 17 mai 2020, rendez-vous à Rennes pour explorer les nouvelles mobilités.