Du 14 au 17 Mai 2020
  • fr

[DATA ET MOBILITES] Épisode 1 – La mise à disposition des données de mobilité : un service public

Les experts présents à inOut 2019 l’ont bien mis en évidence, le futur des mobilités passera par la Mobility as a Service (MaaS), un service qui centralisera les multiples propositions de transports sur un territoire. Pour qu’une telle offre émerge, la question du partage des données entre collectivité et opérateurs est primordiale. Nous vous emmenons dans une exploration en trois épisodes des points de vue des différents acteurs rennais, à commencer par Rennes Métropole et son délégataire de service public qui exploite le réseau STAR, Keolis Rennes.

voir notre livre blanc

Open data, entre obligation légale et opportunités

Depuis l’entrée en vigueur de la loi pour une République Numérique en octobre 2017, les collectivités locales sont dans l’obligation de partager leurs données dans des formats gratuits et réutilisables. En plus d’un objectif de transparence, cette ouverture ou « open data » représente des opportunités pour les particuliers et les entreprises de concevoir de nouveaux services. Les informations de transports ont souvent été à l’origine de cette prise de conscience, comme à Rennes. « En 2008/2009, on a vu pas mal d’applications créées par des citoyens, des développeurs, des gens qui faisaient ça de manière bénévole pour fournir une application en complément de celle que pouvait proposer Keolis », explique Romain Chefdor, chargé de projets numériques à Rennes Métropole. Pour encourager ces utilisations, la collectivité et l’exploitant du réseau ont ouvert dès 2009 une plateforme documentée et facile d’accès qui est enrichie régulièrement de nouveaux jeux de données.

En deux clics, et en open data, une carte de la position en temps réel des bus, générée via https://data.explore.star.fr/page/home/

Un enjeu de qualité et de sécurité de la donnée à ouvrir

Pour Jérôme Champenois, responsable de l’innovation et des systèmes d’information chez Keolis Rennes, « la problématique d’ouvrir de la donnée, c’est qu’il faut qu’elle soit de qualité et qu’elle soit interprétable facilement. » Les enjeux de sécurité sont également à prendre en compte. Avec le suivi de trafic en temps réel, il est désormais possible de suivre un bus sur une ligne, sans toutefois que l’identification du véhicule ne soit accessible. « l’identification physique des véhicules – leur matricule – était historiquement mise a disposition mais a été supprimée pour des raisons de sécurité », alerte Jérôme Champenois. La gouvernance de ces choix d’ouverture est une question toujours en mouvement qui se fait en avançant avec les innovations technologiques. Elle est au cœur du programme de Service public métropolitain de la donnée (SPMD) lancé par Rennes Métropole en 2018 et qui dépasse largement les problématiques de mobilité.

Les données de transport au service de l’innovation

Les innovations dans les mobilités comme dans l’open data s’accélèrent et la durée de la Délégation de service public (DSP) accordée à Keolis pour la gestion du réseau rennais, 7 ans, peut à ce titre étonner. L’opérateur est cependant associé au SPMD et des budgets d’expérimentations sont prévus pour pouvoir rester à la page et anticiper les besoins de 2023. Cette recherche et développement en continu passe également par des partenariats avec les Universités et les entreprises qui peuvent nécessiter l’ouverture de données encore non disponibles en open data pour le grand public.

Voir l’épisode 2 de notre série [DATA ET MOBILITES] Les données de mobilité au cœur de nouveaux modèles d’affaires

Publié le 12 septembre 2019

Rejoignez l'expérience inOut

Du 14 au 17 mai 2020, rendez-vous à Rennes pour explorer les nouvelles mobilités.